plusieurs choix de thés

Comment choisir un thé de qualité

Le thé est l’une de mes amours depuis de nombreuses années. J’adore ça, je ne peux pas m’en empêcher ! Tenir une bonne tasse fumante en hiver, regarder une bonne émission de télévision, ou le déguster froid en été, le préparer pour un goûter entre amis, l’offrir lors de fêtes (thé vert à la menthe à la marocaine, par exemple), ou tout simplement me remonter le moral en plein après-midi quand j’ai envie de rentrer en courant au lieu de travailler deux heures de plus : le thé est toujours là pour me dépanner.

Mais comment s’orienter dans son choix ?

Aujourd’hui, je ne veux parler des caractéristiques qu’il faut regarder pour être sûr d’acheter du bon thé.
Ah, on parle évidemment de thé en vrac, OK ?

Les feuilles

La première chose à prendre en considération est les feuilles. Au fait, saviez-vous que le thé noir et le thé vert sont la même plante ? Oui, ce qui change, c’est le type de traitement qu’ils subissent après avoir été récoltés ! Dans le cas du thé noir, les feuilles sont fermentées et oxydées pour devenir noires. Le thé vert, quant à lui, n’est pas oxydé et conserve donc une couleur plus naturelle.

Mais la véritable caractéristique que vous devez examiner est l’aspect des feuilles : belles et longues, entières, non cassées ? Alors vous êtes en présence d’un thé de qualité. C’est pourquoi, dans les sachets de thé que vous trouvez au supermarché, le thé est presque pulvérisé : c’est un sous-produit de la transformation du thé, il est donc bon marché et moins bon. Ce n’est cependant pas toujours vrai. Certains procédés particuliers de fabrication du thé nécessitent que la feuille soit retournée sur elle-même, brisée ou roulée : dans ce cas, il est normal et juste de ne pas voir la feuille dans son ensemble.

L’arôme

arome pour le thé

L’arôme du thé change déjà en fonction de la façon dont il est traité (voir le point ci-dessus), du pays d’origine et de nombreux autres facteurs, de sorte qu’un Keemun n’aura pas le même goût qu’un Darjeeling. Mais nous savons tous que le marché a créé un millier de types de thé en ajoutant des ingrédients qui en modifient le goût : vanille, fraises, orange, cannelle, menthe, etc. Les possibilités sont vraiment infinies. Mais vous devez savoir qu’il existe trois principaux types d’arômes :

1) les arômes industriels : ce sont les moins précieux et ils donnent au thé ce goût typique « chimique » et très prononcé, de sorte que le thé à la fraise a vaguement le goût du sirop de fraise, le thé à la menthe celui du dentifrice, etc. Avantages : l’arôme est très perceptible. Inconvénients : c’est un goût standardisé et un peu terne.

2) Huiles essentielles : elles se situent entre les deux, sont plus précieuses et ont un goût plus complexe que les arômes industriels. Elles durent assez longtemps, en fonction également de la façon dont le thé est conservé.

3) Les ingrédients réels : je veux dire, vous voulez du thé à l’orange ? On ne met pas d’arôme d’orange ni même d’huile essentielle, on met du zeste d’orange ! Qualitativement, il est considéré comme le meilleur choix, car le goût est plus varié et plus proche de l’ingrédient d’origine, mais il y a aussi des inconvénients : s’il s’agit de fruits, le thé peut se détériorer, avec des parasites ou des moisissures, et dans tous les cas, il a tendance à perdre son arôme après un certain temps.

Pour ma part, je vous conseille d’acheter très peu de thé à la fois, de le conserver dans des boîtes spéciales et de choisir des marques qui savent doser correctement les huiles essentielles et les vrais ingrédients.

Vos gouts

Ce point n’est pas vraiment une question de qualité, mais de goût personnel. Pour choisir le bon thé, vous devez également connaître votre propre goût : aimez-vous qu’il soit sucré ? Avec du lait ? Avec du citron ? Le buvez-vous en mangeant, ou en milieu d’après-midi ? Plus doux, plus amer, plus parfumé, plus fumé ? Selon les puristes, il ne faut jamais ajouter de lait, de sucre et de citron, mais moi je dis : peu importe ! Si vous l’aimez, ajoutez-le. Le citron se marie mieux avec les thés déjà citronnés ou légèrement acides, légers et frais. Le lait se marie mieux avec les thés plus doux, plus corsés, avec une pointe de chocolat, ou avec tous les thés à saveur sucrée (fruits confits, vanille, chocolat, etc.). Le sucre est indispensable pour boire un bon thé à la menthe de style marocain, par exemple, qui est un froid parfait pour combattre la chaleur de l’été. Si vous le buvez en mangeant (oui, c’est possible !), choisissez un thé fort mais pas trop fort et non aromatisé. Au contraire, un thé blanc – super délicat – doit être dégusté seul, sinon toute autre saveur le couvrira.
Alors avant de vous lancer dans l’achat de thé, faites le point sur vos habitudes et vos goûts !

Panier